Partenaires Société Anti Fourrure

jeudi 30 juillet 2015

Campagne France Sans Fourrure : victoire avec la marque Aigle !





Après environ trois ans de courriers répétés, aussi de la part du public, et de l'association Dignité Animale partenaire de Société Anti Fourrure, Aigle prend la décision de bannir la vraie fourrure pour la collection 2016/2017 ! Nous venons de recevoir cette bonne nouvelle par courrier postal, ci dessus. Bravo à Aigle et à tous ceux leur ayant écrit régulièrement et dans le temps, ainsi qu'à Dignité Animale pour son travail colossal contre le commerce de la fourrure. Remercions la marque et son président Monsieur Guinier, ainsi que son assistante, Mme Martinez :

r.guinier@aigle.com
am.martinez@aigle.com

Notre dernier courrier à Aigle :


Madame, Monsieur,


Dans votre dernier courrier du 9 septembre 2014, vous nous informiez de votre décision de ne plus commercialiser de fourrure animale pour les modèles parkas enfants, et nous vous en félicitons;

Cependant, la fourrure naturelle sur des modèles de parkas hiver, issue d'élevages de ratons laveurs n'a en réalité absolument rien de naturel. En effet, élever des animaux par milliers dans des fermes d'élevages intensives génère une vie de souffrances inévitables, physiques et psychologiques (maladies, blessures,automutilation, cannibalisme....)  les besoins les plus élémentaires de ces animaux ne pouvant alors être pris en compte.

De plus, ces animaux quels qu'ils soient sont dépecés encore conscients afin que leur fourrure reste belle, à huit mois, âge de leur premier pelage d'hiver, ce ne sont que des bébés que l'on va électrocuter ou gazer, car il n'y a aucune autre manière de produire de la fourrure animale.

Voici  les dernières enquêtes menées par Animal Equality en Chine, dans les fermes d'élevage de chiens viverrins, ratons laveurs et renards. Ces enquêtes réalisées récemment à Beijing dans ces élevages dévoilent des images et des faits tout simplement insoutenables. Les chiens viverrins, les renards et les ratons laveurs ont une existence misérable, nourris par les restes de leurs congénères déjà massacrés, et n'ont pas même accès à l'eau. Leurs cages n'ont pas été nettoyées depuis des années, ils baignent dans leurs excréments, et l'odeur en est insupportable. Les blessures dues aux maladies, automutilation, cannibalisme, ulcères, sont leur lot quotidien, avant de finir dépecés pleinement conscients, oui, vous avez bien lu, pleinement conscients par souci financier, la plupart du temps ils ne sont même plus électrocutés. Ont leur infligera ces tortures alors que ce ne sont que des bébés..... mais d'autres sont gardés enfermés dans ces cages immondes pour la reproduction, et peuvent y passer de 4 à 5 ans, à devenir fous par la captivité et le manque de soin :



http://www.animalequality.net/node/681


http://www.dailymail.co.uk/news/article-2867219/Inside-Chinese-fur-farms-breed-raccoon-dogs-tiny-cages-skin-alive-make-luxury-coats-sold-West.html


http://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2015/03/les-activistes-de-animal-equality.html


Et d'où qu'elle vienne, la fourrure n'est que vile pratique, voici des vidéos tournées dans les élevages de renard, chiens viverrins et visons en Finlande (comme en Chine, leurs maladies ne sont jamais soignées, ni leurs blessures ouvertes et affections graves comme l'hyperplasie gingivale, déformation des membres, infection des yeux , certains sont éborgnés. Et les animaux décédés ne sont pas même retirés des cages, et restent là en putréfaction).


https://www.youtube.com/watch?v=zRk4WebriDY

http://www.youtube.com/watch?v=XNW6_MO5vaI

https://www.youtube.com/watch?v=d0lKFQc6mNE

Nous souhaiterions savoir, comme vous nous avez écrit l'engagement de vos équipes à s'employer progressivement au développement de matières synthétiques, si vous avez pris la décision de bannir la fourrure animale pour vos prochaines collections.

Dans l'attente de votre réponse, nous nous permettons de vous rappeler que l'animal ne possède qu'une chose en ce monde :
sa peau, qui lui est atrocement enlevée, au nom de la cupidité et d'un dérisoire effet de mode.

« Ceux qui réfléchissent à ce sujet pour la première fois se demanderont comment une telle cruauté envers les animaux a été permise pour se poursuivre à notre époque de civilisation. »
Charles Darwin.


Bien sincèrement.

Stéphanie Rossenu Responsable

Société Anti Fourrure Collectif Abolition de la Fourrure.

http://societe-anti-fourrure.blogspot.com/
       


Aucun commentaire: