Partenaires Société Anti Fourrure

lundi 30 novembre 2015

Les News de la Renarde : compte rendu tractage anti fourrure dimanche 29 novembre Paris.


Une bonne sensibilisation à l'occasion de l’ouverture de la COP21, où nous avons fait la chasse aux fourrures, tout en tenant nos supports végétarisme/véganisme.  Nous avons alors allié les deux mouvements : arguments écologiques pour la transition énergétique contre les élevages, que ce soit pour la fourrure ou la consommation alimentaire. Les gens étaient ouverts au dialogue, et beaucoup portaient de la vraie fourrure sans le savoir en raison de l'étiquetage litigieux de la garniture. D'autres encore savaient qu'ils portaient de la fourrure animale, et s'excusaient presque, étant justement présents sur ce lieu contre le réchauffement climatique. Après discussion (sur le plan moral et écologique, la banque mondiale classant le traitement de la fourrure comme l'une des cinq pires industries au monde pour la pollution des métaux lourd) nous pensons avoir convaincu ces personnes de ne plus porter de fourrure désormais. Une jeune femme était très déçue d'apprendre que sa garniture était en réalité en  fourrure d'animaux torturés et massacrés, le vendeur de la marque Bel Air où ce vêtement a été acheté, lui a raconté que les animaux étaient rasés, alors que cette manière de produire de la fourrure n'existe tout simplement pas (mise à part la fourrure de lapin Orylag, race créée par l'INRA, afin que la viande et la fourrure soit de meilleure qualité, les lapins ne sont alors pas dépecés vivants, mais leur fourrure est destinée aux grand s couturiers uniquement, comme Hermès) . Cette personne très sincère nous a demandées comment s'insurger, il lui a été conseillé de contacter le siège de la marque.
Puis entre autre, dans le métro : une jeune femme avec capuche a pris le tract.
Vous souhaitez vous aussi sensibiliser le public, mais n'osez pas l'aborder ? Rendez vous sur notre blog et page fb prochainement pour une  FORMATION CHASSE À LA FOURRURE  prévu pour le 12 décembre à Paris (pour ceux qui ne peuvent s'y rendre, les éléments de cette formation seront postés aussi sur notre blog).


« Le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ce qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein.

Fourrure : ABOLITION !!








Compte rendu action citoyenne anti fourrure World Fur Free Friday samedi 28 novembre Paris.


Après avoir distribué les instructions, déterminé les rôles de chacun et constitué les 3 groupes constitués d'une ou deux personnes portant un sac "Je ne porte pas de fourrure", d'une personne chargée de tracter et d'une personne chargée d'entrer dans les boutiques Zapa désignées pour avancer nos arguments contre la fourrure animale), nous nous sommes dispersés vers nos objectifs respectifs.
Le groupe mené par les deux responsables de Société Anti Fourrure, épaulée de quatre militants, s'est rendu au 75 rue du Commerce devant laquelle nous avons l'habitude de manifester. Les vendeurs qui nous connaissent ont été très réceptifs à nos arguments, étonnés par la qualité des éléments en fourrure synthétique que nous avions confectionnés pour l'occasion et touchés. Une cliente de la boutique écoutait également nos dires et s'est intéressée à notre cause, horrifiée d'apprendre que la boutique vendait en réalité de la fourrure animale. Nous avons demandé de faire savoir aux dirigeants que nous sommes toujours en attente de leur engagement contre la fourrure. Les animaux que sont les chiens viverrins et ratons laveurs (il peut aussi s'agir de chiens et de chats domestiques, la fourrure de Chine étant impossible à contrôler comme il se devrait aux douanes) dont Zapa orne ses anoraks, ne connaissent qu'une vie  misérable dans ces élevages, avant de subir une mort brutale avec une longue agonie, étant dépecés pleinement conscients. Puis à l'occasion de la COP21, nous avons revendiqué le gaspillage de ressources contribuant à la perte de la biodiversité et au réchauffement climatique découlant des élevages à fourrure, que la banque mondiale classe comme étant une des cinq pires industries au monde pour la pollution des métaux lourds.
Les échanges avec les deux employés responsables furent très intéressants, tous deux étant choqués sincèrement par nos informations. Les garnitures en fourrure synthétique qu'une fabrique de fausse fourrure française Léon Schrurs, nous a envoyées, sont sont bluffantes de pas leur douceur. Zapa a d'ailleurs rencontré cette entreprise lors du salon Vision en septembre dernier à Paris, mais n'a vraiment été décidé, Zapa préférant visiblement la fourrure d'animaux torturés, car plus avantageuse.
Pendant ce temps, les militants hors de la boutique tractaient et montraient nos sacs. Une d'entre eux portait également une de nos écharpes en fourrure synthétique et invitait les passants interpelés à la toucher.
Les responsables ont ensuite discuté avec une vendeuse la boutique 123, qui fait de la fourrure animale (chien viverrin et renard bleu, sa couleur est blanche ) et de la fourrure synthétique, afin de les encourager à ne plus faire que de la fourrure synthétique, moins polluante et moins cruelle.
Le groupe s'est ensuite rendu à la boutique Zapa rue St Dominique, mais la vendeuse était fermée à la discussion, assez hautaine et visiblement armée de faux arguments afin de nous faire sortir sans nous laisser exprimer notre requête, assurant qu'elle ferait remonter l'information (ce qui ne sera sûrement pas le cas).
Loin de nous décourager, nous sommes également entrés dans une boutique Karl Marc John en montrant nos jambières et écharpes en fourrures aux vendeuses qui disaient être contre la fourrure et nous ont dis qu'elles feraient remonter l'information et que certaines personnes venaient souvent leur dire d'arrêter la fourrure animale.
Sur le chemin, l'accueil des tracts et de nos arguments étaient mitigé. Outre des "cela ne m'intéresse pas", des "Je m'en moque" et des "Je sais", nous avons eu de belles surprises : une dame qui ne semblait pas du tout contre la fourrure nous a contré en disant que tous les animaux n'étaient pas dépecés vivants, mais lorsque nous lui avons expliqué qu'elle portait du raccoon dog (chien viverrin), espèce qui n'est pas "produite" en France (qui fait du lapin et du vison pour les grandes marques), mais en Chine ou Finlande dans des conditions inacceptables et dépecés vivants, gazés ou électrocutés, cette dame a demandé le tract et l'a lu attentivement. D'autres personnes convaincues de porter de la fourrure synthétique ont finalement accepté le tract et semblaient outrées d'apprendre qu'elles portaient de la fourrure animale. Si beaucoup ne se posent pas la question en achetant leur vêtement, c'est également parce qu'ils ne s'imaginent pas que la vraie fourrure n'est pas forcément chère. C'est sur donc heureusement sur un bon contact que nous avons terminé cette action.
N'hésitez pas à nous rejoindre pour la prochaine, à plusieurs ont se forme mieux, on ose plus et on est moins affectés par les réactions négatives des passants.

Voici le compte rendu des deux autres groupes :
3 magasins Zapa :
302, rue de Vaugirard 15ème :  deux vendeuses très antipathiques. La 1ères a répondu « je sais mais je dois bien manger … ». L’autre, la responsable nous a indiqué qu’elle était bien au courant et que Zapa a arrêté le vison puis elle nous a presque demandé de sortir.
139, rue d’Alésia 14ème : les vendeuses ont gentiment écoutés et nous ont suggéré de nous adresser à la direction en soulignant qu’elles n’y étaient pour rien.
55, rue Bonaparte 6ème : deux vendeuses à la caisse, un peu gênées de nous écouter devant leur responsable mais plutôt intéressées. L’une d’elle nous a même remerciés pour notre action. La responsable, elle a entendu mais nous a dit qu’elle avait des clients et donc pas le temps …
 Tractages de passants portant de la fourrure : parmi ces passants, une jeune femme regrettait vraiment d’avoir une capuche en fourrure. Evidemment, le vendeur lui avait dit que c’était de la fausse. Quelques personnes se sont sentis penaudes avec leur capuche, chapeau, manteau …  D’autres se fichant pas mal des animaux, avec parfois des réponses du genre « il faut d’abord s’occuper des humains avant de s’occuper des animaux ».
Une dame portant une veste en fourrure et un chapeau très, très moches, m’a répondu méchamment « c’est de l’agneau et de toute manière on le mange ! ». La dame aussi était très moche !
Une autre dame a pris le tract puis me l’a redonné en criant « Ah non la fourrure ! Hitler aussi était contre la fourrure mais il faisait des abat-jours … ». 
 Sinon dans l’ensemble, de nombreux passants ont été intéressés et à l’écoute.

2 magasins Zapa :
Avec l'aide de 3 personnes, nous sommes allés discuter avec les gérants de Zapa de Paris 4eme et tracter devant ceux ci.
Rue des rosiers : avec Laurence, nous sommes rentrés dans la boutique et avons expliqué à un gérant attentif, nos arguments éthiques, environnementaux de la mode de fourrure et reparler de l'engagement de M. Cohen (leur pdg en 2014) de l'arrêt de fourniture de la fourrure dans ses magasins.
On lui a demandé de remonter notre avis sur ce sujet à ces responsables, nous avons laissé un tract de SAF à l'enseigne.
Puis nous avons tracté pendant 20 minutes aux passants qui semblaient croire que leur col de fourrure était de la fausse...
Rue Franc Bourgeois :accueil agressif du responsable qui ne s’intéressait pas à ce sujet, une employée nous a aussi dit qu'elle aimait les animaux, surtout son chat, mais que la fourrure ne la choquait pas et nous a presque demandé de partir...
Puis tractage pendant 30 minutes à des jeunes qui croyaient tous qu'ils avait aussi de la fausse fourrure, après plusieurs explications, nous avons réussi à en convaincre quelques un...
Bonne sensibilisation également des 3 militants qui ont tracté.

Fourrure : ABOLITION !!










mardi 24 novembre 2015

Les News de la Renarde : compte rendu tractage anti fourrure dimanche 22 novembre Paris.

De bonnes réactions en ce dimanche, malgré le froid et les tragiques évènements récents à Paris, entre autes :

une jeune femme avec capuche, a retirer ses écouteurs, en nous voyant l'aborder, et ne savait pas que sa garniture était en vraie fourrure, encore un des nombreux étiquetages liligieux.....elle a pris notre tract avec intérêt. Une jeune fille également, avec capuche, a accepté notre tract, puis nous a encouragées. Une dame, a  répondu qu'il s'agissait d'un cadeau, ah qu'il est fréquent d'entendre cela, comme si le fait de se dédouaner en expliquant ne pas l'avoir acheté changeait quoique ce soit aux souffrances engendrées par ces garnitures dont personne n'a besoin....D'autres étiquetages litigieux : aucune indication, à part la composition du vêtement, ex : acrylique, synthétique, coton, mais rien quant à la capuche, ce qui laisse à penser que ce ne peut être de la fourrure animale. Toutes ces personnes ont pris notre tract dénonçant ce trafic. Puis, un couple avec une petite fille dont l'anorak était affublé d'une énorme capuche, que son père portait aussi. Lui nous a rembarrées, mais la mère a pris d'elle même  le tract, lorque nous avons précisé que les animaux étaient torturés. Trois personnes dont un homme de très grande taille, les petites renardes que nous sommes avons alors franchement lever la tête pour lui parler de sa capuche. Son ami a répondu vivement : " Et bien bravo !" en s'adressant à lui, sincère dans la critique, mais l'autre nous a rendu notre tract, avec un air très condescendant, en souriant bêtement devant notre gravité. Une dame entre deux âges, avec col et intérieur du vêtement tout en fourrure de lapin, s'est cependant montrée réceptive aux arguments écologiques (seulement). Enfin (et là ce n'est pas le meilleur pour la fin mais plutôt le pire) : un couple de style plutôt bourgeois, dont la femme portait un col noir, s'est montré particulièrement négatif :  Elle, avec un grand sourire (l'habituelle schizophrénie de certains, certaines) : "Ah oui mais MOI je sais très bien car cela vient de ma tante, elle est fourreur" lorsqu'il lui a été demandé si cela ne la dérangeait pas de porter la peau d'un animal massacré dans de grandes souffrances, dépecé pleinement ou encore conscient. L'homme tenta de se défendre : "Et vous portez bien des petites culottes fabriquées par des enfants Chinois ?" "Et bien non Monsieur, nous faisons attention à ce que nous achetons, surtout ce qui vient de la Chine, et nous sommes véganes", nous avons ajouté que chacun peut apporter cette même attention à sa consommation, vexés de notre répondant, ils ont tourné les talons, et lui en insistant ironiquement : "Ne vous en faites pas hein..." "Si, nous nous inquiètons pour ceux qui souffrent !", sans nous retourner. Ensuite, dans un fast food vegan, une dame qui portait une capuche en renard bleu (de couleur blanche, fourrure de Chine) a pris notre tract, gênée mais réceptive, surtout quand nous lui avons expliquée que se trouvant dans un restaurant éthique, elle était encore plus concernée par le fait de ne pas porter de vraie fourrure.
Vous voulez vous joindre à nous afin de sensibiliser le public, ce qui est primordial afin de parvenir à terme à l'abolition de la fourrure ? Contactez nous !

"Le monde n'avance que grâce à ceux qui s'y opposent" Goethe.

Fourrure : ABOLITION !!





samedi 21 novembre 2015

En Norvège, 7000 personnes ont manifesté pour demander l'interdiction de l'élevage des animaux pour la fourrure !

http://www.furfreealliance.com/mayor-of-oslo-opens-europes-largest-anti-fur-event/

Samedi dernier, en Norvège, 7000 personnes ont manifesté pour demander l'interdiction de l'élevage des animaux pour la fourrure. Cet événement était organisé par NOAH, nos partenaires norvégiens de la Fur Free Alliance. Et à Oslo, la marche a été lancée par Marianne Borgen, la maire de la capitale norvégienne. 
Un signal fort quand on sait l'importance du marché scandinave pour cette industrie.




vendredi 13 novembre 2015

Compte rendu stand anti fourrure contre Zapa 12 novembre Paris.




Ce stand anti fourrure a eu un franc succès ! Bien que nous n'étions pas nombreux, beaucoup de personnes ont été sensibilisées et sont venus à nous signer la lettre à l'encontre de la marque Zapa, leur demandant de respecter leur engagement contre la fourrure.
L'écran diffusant la réalité du commerce de la fourrure a interpellé les passants, qui s'arrêtaient et venaient ensuite signer, nous demandant ce qu'elles pourraient faire de plus.Il leur a été conseillé de ne pas hésiter à entrer dans les boutiques des marques commercialisant de la fourrure animale, pour leur demander d'en finir, ainsi que rejoindre notre Campagne France Sans Fourrure (https://www.facebook.com/events/762543757191112/permalink/784062401705914/).
Pas mal de soutiens aussi, entre autres : un homme végétarien militant individuellement, une jeune fille travaillant à la banque juste derrière notre stand est venue d'elle même nous apporter un renfort de stylos, un monsieur avec ses deux chiens nous a dit avoir cessé de manger de la viande, ayant la conviction qu'en consommer revenait à manger ses propres chiens, les souffrances animales étant les mêmes pour les animaux de boucherie (bravo pour ce respect d'éthique), pas mal de personnes déjà informées et donc contre la fourrure. Puis un employé de la boutique Zapa nous a remercié de notre sensibilisation lors de notre première manifestation au printemps dernier, ne sachant pas auparavant quelle cruauté découlait des vêtements à garnitures de Zapa. Il nous a dit qu'ensuite, il ne pouvait plus toucher à ces modèles, étant choqué (cette personne termine d'ailleurs bientôt son contrat avec la marque). De nombreux étiquetages litigieux également : beaucoup de personnes venant signer portaient une capuche en vraie fourrure, avec aucun étiquetage, notre sensibilisation leur a permis de mettre en lumière cette tromperie, notamment avec nos tracts dénonçant ce trafic, ainsi que la description "vraie et fausse fourrure".
Les militants sur place ont effectué un beau travail, en engageant le public plutôt réceptif à venir signer la lettre pour les dirigeants de Zapa, soit une centaine de signatures environ au final.

 Fourrure : ABOLITION !!

lundi 9 novembre 2015

It is time to see through the marketing tactics of the European fur industry / Il est temps de voir au travers des tactiques de marketing de l'industrie européenne de la fourrure

http://www.euractiv.com/sections/agriculture-food/it-time-see-through-marketing-tactics-european-fur-industry-318701

Les Etats membres ont la possibilité de jouer un rôle au premier plan pour le bien-être animal au niveau mondial par l'élimination des fermes à fourrure, écrivent Salla Tuomivaara et Siri Martinsen.

Salla Tuomivaara est la directrice de Animalia et Siri Martinsen, vétérinaire, est le directeur de NOAH. Ils sont les co-auteurs du rapport "Commerce de la fourrure Nordique - commercialisée comme entreprise responsable"


Pour la deuxième année consécutive, l'industrie Européenne de la fourrure a récemment avancé ses produits à une exposition somptueusement organisée au Parlement européen. Ce fut une tentative éhontée d'intégrer ce commerce moralement discutable.

Les pays nordiques, en particulier, ont fait de leur mieux pour marquer leur industrie de la fourrure comme étant de haute qualité en termes de bien-être animal. La Saga Furs Finlandaise, l'un des principaux acteurs de l'industrie Européenne de la fourrure, a été impliquée dans le travail contre l'amélioration de la protection des animaux dans plusieurs pays. L'attitude de l'industrie de la fourrure envers le bien-être animal est très différente de ce qui est exprimé publiquement.

L'élevage pour la fourrure et ses problèmes de bien-être animal sont les mêmes partout, en Finlande ainsi qu'au Danemark et en Chine.Les prédateurs actifs tels que les visons et les renards, les principales espèces élevées dans les fermes à fourrure, sont gardées  dans des cages de batterie grillagées en longues rangées où leurs besoins comportementaux ne peuvent être satisfaits.


Le vison solitaire est maintenu à proximité d'autres animaux. Nager et chasser sont des aspects importants de la vie de l'espèce. Dans la nature, ces animaux se déplacent sur de larges territoires qui s'étirent toujours le long des cours d'eau. Les espèces de renards qui sont maintenues sur les fermes à fourrure se déplacent également sur de larges territoires à l'état sauvage. Pourtant, emprisonnés en cages grillagées, ces animaux se voient refuser la possibilité d'exprimer le comportement spécifique à leurs espèces, comme courir, jouer et creuser.


La fourrure Européenne a-t-elle produit en vertu des règlements de protection des animaux strictes comme le clame  l'industrie de la fourrure? La réponse est non. En fait, dans les pays européens avec les plus hauts standards de bien-être animal pour les animaux destinés à la production de fourrure, l'élevage pour la fourrure est soit interdit, soit les cages de batterie grillagées ont été éliminées. Le Royaume-Uni par exemple a interdit l'élevage pour la fourrure il y a plus d'une décennie.

S'il vous est arrivé de passer par l'exposition de l'industrie de la fourrure, il vous a été donné l'impression que l'industrie de la fourrure améliore le bien-être des animaux à travers le développement de leurs propres indicateurs de bien-être animal, un système connu sous le nom WelFur.


La vérité est que WelFur ne traite pas les problèmes de bien-être animal liés à l'environnement confiné de leur cage, comme l'a souligné  le Comité scientifique de la Commission Européenne sur la santé animale et la protection des animaux: "Dès que les systèmes d'élevage actuels posent de graves problèmes pour toutes les espèces d'animaux élevés pour leur fourrure, des efforts devraient être faits pour toutes les espèces afin de concevoir des systèmes de logement qui répondent aux besoins des animaux ".



Les études visant à améliorer les conditions de logement ont, dans l'ensemble, été conçue et réalisée dans le cadre de l'environnement de la cage standard. C' est aussi le problème avec les propres indicateurs de bien-être animal de l'industrie de la fourrure - ils sont basés sur le système de treillis métallique de cages de batterie d'aujourd'hui. WelFur ressemble plus à un projet visant à valider l'élevage pour la fourrure comme un moyen de subsistance, plutôt que de développer de meilleures conditions de bien-être pour les animaux.


Des améliorations significatives quant au bien-être des animaux, tels que les possibilités de nager pour les visons et pour les renards d'exprimer des comportements naturels importants comme en creusant, signifierait une non-rentabilité pour l'industrie de la fourrure. L'industrie de la fourrure, par conséquent, travaille dur pour maintenir ces conditions dans les fermes à fourrure comme elles sont, avec les animaux qui en paient le prix.


Une variété de sondages d'opinion réalisés à travers l'Europe indique que l'opposition envers l'élevage pour la fourrure est forte. En Belgique et en Allemagne, 86 pour cent sont contre les fermes à fourrure et 78 pour cent des Suédois pensent que ces fermes devraient être interdites. En Italie, 91 pour cent des personnes interrogées ont déclaré être opposées à l'élevage pour la fourrure.

Les Etats membres de l'UE ont l'occasion de jouer un rôle au premier plan pour le bien-être animal au niveau mondial par l'élimination des élevages à fourrure. Nous appelons les membres du Parlement Européen à soutenir les interdictions nationales de l' élevage de la fourrure dans les Etats membres.


Il existe suffisamment de preuves scientifiques indépendantes que l'élevage d'animaux carnivores actifs, tels que le vison et le renard, en petites cages de batterie grillagées compromet sérieusement le bien-être des animaux. L'industrie européenne de la fourrure choisit de négliger le fait que le rapport considère les études scientifiques récentes, y compris certaines financées par l'industrie de la fourrure. Ces études confirment que la protection des animaux est compromise dans les fermes à fourrure.


L'Association Norvégienne vétérinaire a déclaré plus tôt cette année que " L'élevage pour la fourrure aujourd'hui est aussi clairement incompatible avec les exigences de la Loi sur la protection des animaux (...) Le bien-être animal en élevage pour la fourrure a montré peu d'amélioration au cours des 15 dernières années, malgré l'utilisation de manière disproportionnée de grandes ressources officielles à la fois sur la recherche et l'inspection, comparativement aux autres élevages ".

Il est exact que nous ne pensons pas que les animaux doivent être élevés dans de petites cages pour un produit de luxe dont personne n'a besoin. Nous croyons que les besoins des animaux devraient être respectés -ce qui est le sujet du bien-être animal.


mercredi 4 novembre 2015

Sac Société Anti Fourrure








Cher.e.s ami.e.s,
VOUS POUVEZ DÈS MAINTENANT PRÈ-ACHETER UN SAC ANTI-FOURRURE en coton bio
Pour cela, ENVOYEZ-NOUS VOTRE CHÈQUE AVANT LE 20 NOVEMBRE
OPTION 1 : Vous retirerez votre sac le 28 novembre lors de l’événement devant la boutique Zapa : unité à 8,50€. Evénement du 28 novembre : https://www.facebook.com/events/901777413191042/
OPTION 2 : Nous vous l’enverrons par voie postale : unité à 8,50€ + frais d’expédition.
Données à nous faire parvenir :
NOMBRE DE SACS DÉSIRÉ
NOM
PRÉNOM
ADRESSE POSTALE
CODE POSTAL
NUMERO DE TÉLÉPHONE et/ou MAIL
Nous contacter en message privé (LesLiens De la Terre sur fb, Co-responsable du collectif Société Anti-Fourrure), ou en message sur ce blog, afin :
- de nous envoyer vos données de façon privée et non publiquement sur Facebook ;
- d’obtenir l’adresse postale du collectif Société Anti-Fourrure, à laquelle envoyer votre chèque ;
- de connaître le montant de votre achat si vous souhaitez que nous vous l’envoyions (nous calculons les frais d’expédition en fonction de l’endroit où il faudra expédier la commande, afin de vous faire payer le prix le moins cher possible).
Ce sac vise à sensibiliser le public sur la provenance et les conséquences de l’exploitation des animaux pour leur fourrure et non à le faire culpabiliser. Le graphisme est volontairement simple et imagé, sans photographies apparentées à la torture et à la souffrance animales, afin de toucher à la fois un public adulte et un jeune public – les enfants sont souvent interpelés par ces dessins, ce qui permet d’attirer l’attention des adultes, eux-mêmes interpelés par le texte et le caractère non-agressif de la composition aux couleurs douce
LesLiens De la Terre, co-responsable de Société Anti-Fourrure;


lundi 2 novembre 2015

Les News de la Renarde : compte rendu tractage anti fourrure samedi 31 octobre Paris.



Malgré la douceur et le soleil de ce samedi, les vêtements avec garniture en fourrure étaient de sortie.
Voici, entre autres, quelques réactions du public :

Une jeune fille avec une capuche qui semblait être en chat tigré, a écouté avec sincérité, et a pris le tract.
Une autre, avec une capuche aussi, et qui pensait qu'il s'agissait de fausse fourrure en raison de l'étiquetage inexistant, nous a répondu aver beaucoup d'intérêt que l'on pouvait compter sur elle pour lire le tract et consulter notre blog Société Anti Fourrure. Nous lui avons expliquée les étiquetages litigieux, en prenant exemple sur les poils de la capuche, qui ressemblait fort à du poil de chat, et sa réaction fut probe.
Une femme en manteau de fourrure, malgré une température estivale, s'est dédouanée en expliquant qu'elle l'avait acheté sur Ebay, disant " j'ai craqué "et que de toutes façons, quelqu'un d'autre l'avait porté avant elle. Il lui a été répondu qu'elle cautionnait tout autant la souffrance animale, et qu'elle devrait y réfléchir, sur quoi elle répondit qu'elle le ferait. Même si ce genre de personne irresponsable n'aura peut-être jamais la prise de conscience éthique que nous souhaiterions à tout le monde, il est important de ne pas les laisser "tranquille", et de tenter une sensibilisation. Les animaux baignant dans la cruauté, au moins deux par seconde succombent dans le monde pour une industrie de la mode aussi archaïque qu'avilissante le valent bien. 
Fourrure : ABOLITION !!

« le monde est dangereux à vivre, non pas tant à cause de ce qui font le mal mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. » Albert Einstein.