Partenaires Société Anti Fourrure

dimanche 27 mars 2016

Récapitulatif des victoires du collectif Société Anti-Fourrure




Etam, début 2011 : La marque a été sensibilisée en 2011 et 2012 quant à la fourrure animale et, les deux fois, a retiré très vite ses articles concernés. Etam a été recontacté ensuite au sujet de l’angora de lapin provenant de Chine.
En savoir plus ici, mais aussi ici

    Kiabi, novembre 2011 : Le collectif Société Anti-Fourrure a permis de mettre en lumière une erreur de communication au sein du groupe qui n’avait pas transmis sa charte anti-fourrure à sa nouvelle équipe d’achats, ce qui a été rectifié grâce à un échange de mails et courriers.
En savoir plus...

Aigle, juillet 2015 : Grâce aux efforts conjugués du collectif Société Anti-Fourrure et de l’association lyonnaise Dignité Animale, et les 3000 courriers envoyés au siège social de la marque, celle-ci a communiqué sa décision d’en finir avec la fourrure animale.
En savoir plus ici et ici

    Naf Naf, novembre 2011 : Tandis que pour la saison de 2012, Naf Naf avait mis en vente quelques articles en fourrure véritable, notamment de lapins, la présidente a décidé de cesser cette pratique grâce aux réactions négatives du public et des exhortations du collectif Société Anti-Fourrure.
En savoir plus...

Morgan, mars 2012 : Depuis l’été 2012, cette marque a arrêté la vente de fourrure véritable, « consciente des problématiques soulevées par [ce] commerce », grâce à une communication soutenue avec le siège de la marque par mails.

Les 3 Suisses et La Redoute, avril 2013 : Les 3 Suisses commercialisaient beaucoup de fourrures synthétiques, mais également quelques vraies, que nous leur avons signalées, ainsi que les arguments contre cette pratique cruelle et obsolète, de sorte que la marque a cessé ce commerce fin 2013. La Redoute avait permis la vente d’un article avec une fourrure animale par manque de vigilance et s’est excusée sur ce faux pas auprès du collectif qui l’avait contactée.
En savoir plus...

H&M (angora de lapin), décembre 2013 : Cette marque a également été contactée parce qu’elle cautionnait les tortures liées à l’exploitation de lapin pour l’angora. Les enquêtes de Peta que nous leur avons transmises, ainsi que nos courriers et mails ont permis de les décider à cesser ce commerce en 2013, tandis qu’H&M était déjà contre la fourrure depuis 2004.

 C&A (angora de lapin), février 2014 : Le collectif Société Anti-Fourrure a contacté cette marque à propos de l’angora de Chine présent sur ses articles et a pris la décision d’arrêter cette pratique en janvier 2014.

Kookaï, octobre 2014 : Après trois années de ferme mobilisation, par lettres, par téléphone, par manifestations déterminées et régulières et sensibilisation du public effectués par le collectif Société Anti-Fourrure, Kookaï a finalement décidé de cesser de commercialiser des articles en fourrure animale.
En savoir plus ici (vidéo), ou ici

Camaïeu (angora de lapin), hiver 2014 La marque avait arrêté dès 2004 de vendre de la fourrure animale. À partir de la collection Hiver 2014, la marque a arrêté de se fournir en angora de lapin grâce à la pression du collectif Société Anti-Fourrure, mais comptait le substituer par de la laine d’alpaga, de mouton ou de mohair ; c’est pourquoi le collectif a bien réitéré sa ferme position contre les souffrances engendrées par toutes les pratiques permettant d’obtenir de la fourrure (ou laine) animale.

Jacadi, mars 2015 Bien que cette marque avait arrêté la fourrure animale pour la collection « petits enfants », elle commercialisait encore des parkas avec garniture véritable pour la collection « enfants », que le collectif Société Anti-Fourrure est parvenu à faire retirer des articles en vente, grâce à une mobilisation dans la durée.

 Napapijri, septembre 2015 Des courriers et des appels téléphoniques constants et d’individus divers a permis une belle victoire avec cette marque, décidée à cesser la commercialisation de fourrure de coyote.
En savoir plus...

Damart, décembre 2015 : Une mobilisation dans la durée, principalement par voie postale, par le collectif Société Anti-Fourrure, des militants et de nombreux clients a permis d’obtenir une victoire auprès de cette marque.
En savoir plus ici et ici

Kisly, mars 2016 : Cette boutique à Sens vendait des vêtements avec des garnitures de capuche en fourrures animale et synthétique, et étiquetait « fausse fourrure » des éléments en fourrure véritable. Nous les avons immédiatement contactés, avec l’aide de Dignité Animale, à Lyon, et sommes en négociations.


À l’heure où Armani décide de cesser d’utiliser la fourrure animale, maintenant que nous savons combien celle-ci est polluante et dangereuse pour la santé à cause des produits chimiques, alors que nous savons désormais faire de la belle et chaude fourrure non-animale, ainsi que des vêtements chauds et isolants sans aucune vraie ou fausse fourrure, il est temps que toutes les marques arrêtent de cautionner cette industrie obsolète.

Zapa est toujours la cible n°1 !

En savoir plus...

Aidez-nous à leur faire prendre la bonne décision :
Signez la lettre ici et envoyez-la ;
Agissez sur la Campagne France Sans Fourrure sur le blog ou sur Facebook ;
Participez à nos actions (informations via la page Facebook Société Anti-Fourrure et l’agenda de L-214 des actions militantes).




Aucun commentaire: