Partenaires Société Anti Fourrure

lundi 17 octobre 2016

Compte rendu tractage véganisme et anti fourrure Dimanche 16 octobre, Paris.






Nous avons commencé à deux militants, place de la Bastille, et avons surtout tracté pour le véganisme, la douceur des température ayant relégué les garnitures en fourrure animale au placard. Quelques personnes tout de même, entre autres, une jeune fille dans le train, avec une grosse capuche,qui après explications a pris le tract avec intérêt. Une autre, plus tard, avec capuche en lapin, a grimacé après sensibilisation (a pris le tract aussi). Longue conversation entre une militante et une jeune femme, qui a assuré de retirer cette garniture (fort probablement en chien viverrin, comme beaucoup, cet animal étant le plus élevé et massacré pour sa fourrure en Chine). Un jeune homme végétarien, a qui nous avons expliqué que le végétarisme était un tremplin pour devenir vegan. Puis pas mal de personnes, qui malgré n'avoir pas pris le temps de discuter, ont pris le tract véganisme avec un sourire sincère, en entendant les mots "animaux/planète/santé", les trois étant étroitement liés, ce qu'explique les tracts.Puis d'autres militants nous ont rejoints, nous étions alors six. Nous avons avancé vers les promenades des quais, où le public est plus apte à converser, ce qui permet une sensibilisation plus importante au véganisme, avec de longues conversations, bravo aux militants ! Par exemple, une dame et sa fille se sont posées des questions qu'elles ne s'étaient pas posées auparavant, avec pas mal de réflexions positives sur le végétalisme. Un couple de végans avec un enfant, sont restés également à discuter longtemps, et ont pris tracts et autocollants. Il est très important de parvenir, quand cela est possible, à engager le dialogue, afin d'apprendre au public le mieux possible, pourquoi seul le véganisme peut en finir avec :
le gouffre de souffrances où sont plongés les animaux, la planète asphyxiée, la santé détruite, mais aussi la faim dans le monde, car vu le nombre de personnes qu'elle permettrait de nourrir, une agriculture intégralement végétale contribuerait activement à enrayer la faim dans le monde.
Si la France comptait aujourd'hui ne serait-ce que 150 000 végans, et que chacun d'eux s'engageait chaque année à accompagner une autre personne vers ce mode de vie, PLUS AUCUN ANIMAL NE SERAIT TUÉ NI EXPLOITÉ EN FRANCE EN L'ESPACE D'UNE DÉCENNIE.


"Le principal fléau de l'humanité n'est pas l'ignorance, mais le refus de savoir"
Simone de Beauvoir.

Aucun commentaire: