Partenaires Société Anti Fourrure

vendredi 6 janvier 2017

Les News de la Renarde : compte rendu tractage quotidien (Sens).




Réactions mitigées, entre autres, commençons par les bonnes :

Deux dames dans un supermarché, l'une avec capuche en synthétique, l'autre en fourrure animale ont très bien réagit, lorsque l'on a comparé les deux garnitures. Celle qui portait de la vraie fourrure ne le savait pas, en raison de l'étiquetage litigieux, qu'elle a montré d'elle même, et était horrifiée après explications. Il leur a en effet été expliquer la torture endurée par les animaux, dépecés vivants la plupart du temps, ce qui a eu pour effet d'attirer d'autres personnes qui passaient tout près. Dont une jeune femme, qui est venue pour voir la comparaison entre vraie et fausse fourrure. Comme on souhaiterait alors que le public soit toujours aussi réceptif....! Un couple avec une enfant, dont la femme portait une capuche en vraie fourrure, a pris le tract avec intérêt après avoir bien écouté les explications :
les souffrances sans nom des animaux, l'immense impact environnemental et les dangers pour la santé allant de pair avec.
Une dame avec une capuche soi disant en lapin, a répondu : "oui je sais bien mais comme on mange bien le lapin...", il lui a été répondu que d'une part ce n'est pas la même filiale, et que les animaux pour leur fourrure sont dépecés encore ou pleinement conscients le plus souvent.Réaction : "Ne me dites pas ça...." a pris le tract et aura sans doute changer d'avis quant au lapin, mangé et/ou dépecé pour sa peau.
Un jeune homme avec capuche en vraie fourrure dans la rue, a tout écouté attentivement, a pris le tract en rétorquant : "vous avez raison"après lui avoir dit que ces capuches, inutiles pour nous, relèvent d'une effroyable cruauté pour les animaux.
D'autres (surtout des personnes quinquagénaires et plus ) ont refusé le tract, et réagit avec une certaine ironie après discussion, concernant également les risques de cancers et leucémies causés par les bordures de capuche contenant des substances hautement toxiques.
Peu importe, l'important est de ne jamais désespérer et certainement pas à cause de personnes refusant d'évoluer, et en minorité le plus souvent.

« Je crois que l’évolution spirituelle implique, à un certain moment, d’arrêter de tuer les êtres vivants que sont les animaux, simplement pour satisfaire nos désirs physiques ».
Mahatma Gandhi, prix Nobel.

« Pour que le mal triomphe, il suffit que les personnes au grand cœur restent sans rien faire »
Martin Luther King (1929-1968)

Rejoignez nous pour sensibiliser le public ! 

Contact : collectif.societeantifourrure@gmail.com







Aucun commentaire: