Partenaires Société Anti Fourrure

vendredi 3 novembre 2017

Les News de la Renarde : compte rendu tractage anti fourrure Paris 02/11.


Belle sensibilisation, avec que de bonnes réactions et aucun refus en cette journée du 2 novembre ! Entre autres :


A la sortie d'une gare, une dame avec un petit chien, vêtue d'un anorak à capuche, et qui avait les mains prises a d'abord réagit avec un air maussade :

"C'est de la fausse" "Non, Madame, la mention vraie fourrure est très souvent absente, et pour avoir l'habitude, je peux affirmer que c'est de la vraie fourrure" 

"Et comment voulez-vous que je le prenne (votre tract), avec les dents ?" Il lui a été répondu, de manière la plus diplomate possible :

"Mais non Madame, regardez, je vous le glisse là, vous savez ce pourrait être votre chien, et les animaux sont dépecés vivants" sur quoi, elle a finit par hocher la tête, plutôt gentiment.

Un jeune homme (capuche) dans le métro, a pris le tract après explications, et a remercié sincèrement.

Une adolescente (capuche), accompagnée de sa mère probablement, ont lu tour à tour le tract avec attention.

Une dame dans la rue, avec un grand col, a accepté le tract, très poliment.

Puis, une autre dame, dans un fast food végan, avec capuche teinte en violet, a répondu, d'un air désolé "Ah oui, c'est vrai..." 

"Mais lisez tout de même ces informations " Lui dire que manger végan et porter de la fourrure dépasse l'entendement n'aurait pas été constructif, et c'est à elle de prendre conscience, nous ne pouvons que l'informer.Et alors qu'elle entendait la conversation avec l'employé concernant l’intolérance au gluten et le véganisme, elle s'est rapprochée : "j'ai une amie comme vous, vous êtes aussi végane stricte ?" "Oui, car on ne peut pas refuser certaines souffrances, et en cautionner d'autres, ça n'a pas de sens, on l'est alors autant que faire se peut, même s'il est difficile de l'être à 100 %, ex : l'eau du robinet est testée sur animaux, un tube de colle forte aussi, mais on peut aussi refuser d'acheter de nouveaux produits de maquillage, comme le mascara, qui contiennent tous des dérivés d'huile de palme, comme la glycérine, le stéarate, caprylique...(même non testés sur animaux )".

Un jeune femme (capuche) dans le métro, a pris le tract avec un air mi-écœuré, mi-triste, quand il lui a été dit l’extrême cruauté dont sont victimes les animaux.

Un jeune homme dans le train, a très bien réagit aussi, ainsi que d'autres jeunes, à aborder en priorité car ils sont l'avenir.

Enfin, sur toute une journée dans les lieux publics, il y a aujourd'hui, comme dit précédemment dans le dernier cr (22 octobre), bien plus de synthétique que de vraies fourrures. Au bout de plus de 10 ans de sensibilisation régulière, on le vérifie à présent, et cela est grâce à la ténacité envers les marques de prêt-à-porter. Continuez svp de les solliciter, à défaut de le faire auprès du public.Certes, c'est un combat de longue haleine, et il n'est pas toujours facile d'aller vers les gens pour tenter de les sensibiliser. Mais les animaux le valent bien, non ? De la courtoisie, un sourire engageant, un petit effort, et le tour est joué !

" Ne rien faire, c'est laissé faire !"


Aucun commentaire: