lundi 23 mai 2016

Les News de la renarde : Compte-rendu de distribution de tract mai 2016

Malgré le beau temps, des températures peu élevées et des averses ne favorisent pas la disparition des manteaux à garniture en fourrure. Il faut donc en profiter pour sensibiliser le public ! Ainsi, ce sont des individus qui n'en porteront pas l'année prochaine.

En effet, nous avons encore des réactions positives de personnes horrifiées d'apprendre la provenance et les conditions de vie des animaux à fourrure qui trônent sur les capuches.
Une maman avec un anorak a très bien réagit et a affirmé qu'elle n'aurait jamais acheté ce vêtement si elle avait su la cruauté qui en découle (comme souvent, il n'y avait aucune étiquette concernant la composition de la capuche, ressemblant fort à du poil de berger allemand).
Une jeune fille a également été très choquée d'apprendre qu'elle portait certainement du chien viverrin et a fait la grimace en voyant les photos de ces animaux exploités en Chine, afin de finir sur des capuches.
Une jeune femme qui portait un pompon en fourrure animale comme accessoire décoratif a été convaincue par nos arguments et les réalités de cette mode violente et polluante. Son amie possédait, elle, un accessoire du même type mais en fourrure synthétique, ce qui permettait de lui montrer que les alternatives existent, sont abordables et meilleures pour la planète, la santé et les animaux.
Plusieurs personnes lisent chaque jour avec attention nos sacs "Je ne porte pas de fourrure" et certaines nous ont accostées pour avoir des précisions au sujet des élevages de ces animaux, voire pour prendre des tracts et nos coordonnées.

Si ces bords de capuches sont toxiques, ce n'est rien en comparaison de ce que subissent les animaux (ils sont plus de 4 par seconde à succomber pour cette mode sans éthique). Ils sont dépecés la plupart du temps pleinement conscients, après avoir vécu une vie de misères physiques et psychologiques, dans une cage exiguë, à peine nourris (avec les restes de leurs congénères) et abreuvés, sans soins ni divertissements.

Pour eux, pensez à informer vos proches et les consommateurs qui portent de la fourrure animale.

Vous pouvez agir sur la Campagne France Sans Fourrure (sur Facebook ou sur le blog)
mais aussi nous contacter pour recevoir une formation à la distribution de tract.

Fourrure : abolition !



mardi 17 mai 2016

Pétition à l'encontre de la boutique Kisly de Sens, qui ne respecte pas son engagement

 pétition à signer :


Au 17 mai 2016, le collectif français Société Anti-Fourrure n'a toujours pas reçu la signature de sa charte anti fourrure de la part de Monsieur Yé, responsable de la boutique Kisly, à Sens.
Cela a été pourtant convenu par téléphone en mars 2016, suite au retrait des articles en vraie fourrure, grâce à la pression du public et de notre collectif (voir l'article : http://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/03/vers-une-victoire-de-taille-face-la.html). Nous craignions en effet que ces articles soient de nouveau mis en rayon lors de la prochaine collection automne hiver, c’est pourquoi nous avions convenu avec M. Yé l’envoi de cette charte, qu’il s’était engagé à nous retourner signée, disant qu’il ne comptait plus commercialiser d’autres fourrures animales. La boutique proposait à la vente vraies et fausses fourrures, mais faisait passer de la vraie fourrure pour de la fausse sur certains de ses présentoirs.

Les dernières informations reçues de la part d’une vendeuse très agressive au téléphone sont malheureusement contraires à la parole de M. Yé, cette personne arguant qu’ils font aussi du synthétique, « le reste ne sont que des capuches en vraie fourrure, nous ne faisons pas de manteaux, nous ! » déclare-t-elle, minimisant l’ignominie qui en découle : animaux d’élevages chinois dépecés la plupart du temps pleinement conscients, alors qu'il faut au moins 2 à 3 animaux pour la confection d’une seule capuche. Ce genre de garnitures se retrouve en grand nombre dans les boutiques de prêt-à-porter en Union Eur, beaucoup d’animaux ne sont pas même utilisés, cela génère alors bien plus de massacres que pour les confections de manteaux qui, de plus, se vendent de moins en moins et depuis plusieurs années déjà. En outre minimiser la souffrance des animaux exploités pour des garnitures face à ceux dépecés pour des manteaux n'est moralement pas acceptable.
La réaction de cette vendeuse relevant de sophisme laisse à penser que ces vêtements seront de nouveau commercialisés, et explique pourquoi nous n’avons pas reçu l’engagement par écrit de M. Yé.

De plus en plus de marques ou boutiques font le pas vers l'éthique, pour les animaux et l'environnement, comme vous pouvez le constater en consultant cette article : http://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/03/recapitulatif-des-victoires-du.html.

À l’heure où Giorgio Armani décide de cesser d’utiliser la fourrure animale, maintenant que nous savons combien celle-ci est polluante et dangereuse pour la santé à cause des produits chimiques, alors que nous savons désormais faire de la belle et chaude fourrure non-animale, ainsi que des vêtements chauds et isolants sans aucune vraie ou fausse fourrure, il est temps que toutes les marques et boutiques arrêtent de cautionner cette industrie obsolète.

Nous vous proposons alors de continuer à montrer à M. Yé et à la boutique Kisly, en tant que client.e, en signant cette pétition, que de plus en plus de consommateurs refusent d’acheter de la fourrure animale.

Cette pétition est créée pour appuyer notre action sur la Campagne France Sans Fourrure (les lettres postales ne sont donc pas à négliger pour autant). Beaucoup d’entre vous sont mécontents de ne pas recevoir de réponse à leurs courriers, nous vous conseillons d’insister cordialement en précisant à nouveau que vous n’achèterez pas dans cette boutique si ces articles sont à nouveau proposés dans quelques mois.

Contact :
M. Yé, KISLY Sens, Z.C Chambertrand, 89100 SENS.
Tél : 03 86 95 25 66. Laissez sonner car les vendeuses peuvent mettre du temps à répondre. Nous vous prions de rester cordiaux et calmes, afin de ne pas desservir notre objectif, qui est le retrait de toutes les garnitures en fourrures animales.

Le collectif Société Anti-Fourrure vous remercie pour votre action, et vous invite à agir de façon hebdomadaire sur sa Campagne France Sans Fourrure :


La pétition contre un élevage de Kazan émeut et soulève le débat !

Le collectif Société Anti-Fourrure a partagé il y a quelques semaines une pétition à signer contre une exploitation d’animaux à fourrure au Tatarstan. Son auteure a fait l’objet d’un article et la pétition qui a mobilisé des centaines d’individus dans le monde et d’associations, fait désormais débat dans ce territoire russe. Nous avons traduit pour vous cet article.


Traduction de l’article de Kazan First, par le collectif Société Anti-Fourrure. Version originale de l’article : https://kazanfirst.ru/feed/69109.


Les faits se déroulent au Tatarstan, en territoire russe, dont la capitale est Kazan.
L’article attire l’attention au sujet de l’exploitation d’animaux à fourrure par la société Biruli, dans cette région, et de la mobilisation des militants pour la protection animale en Europe, qui demandent la fermeture de cet élevage d’animaux à fourrure. Une pétition a été lancée sur le site Change.org, que le collectif Société Anti-Fourrure a notamment relayée, à la sollicitation de son auteure, Julia Vrillaud. Cette pétition a pour but la liquidation de cette entreprise pour maltraitance d’animaux destinés à devenir des manteaux de fourrure. Elle s’adresse à monsieur Poutine et au président de la République du Tatarstan, ainsi qu’au chef de la région en question et est écrite en trois langues, russe, anglaise et française. Son auteure a fait des études de relations internationales, travaille à l’ambassade de Hollande, en Ukraine, et vit à Paris.
Julia Vrillaud révèle que les animaux de cet élevage sont considérés comme de la matière pour créer des manteaux de fourrure ; ils ne bougent pas, ne jouent pas avec leurs congénères, ne sortent pas des cages, marchent sans cesse sur un sol grillagé, sans paillage, et ne voient pas le soleil. L’entreprise tue les animaux sur place, dans les cages et la cruauté infligée à ces êtres sensibles n’est pas justifiée.
L’auteure de la pétition déclare que les photos prises sur cet élevage ont horrifié les organisations de protection animale internationales et les habitants de la planète, justifiant un nombre important de signatures de la pétition.
D’après les informations de Kazan First, le 15 avril, des étudiants de la faculté de l’Académie vétérinaire de Kazan ont visité l’élevage en question. Ils ont vu des bébés zibelines dans les cages et certains ont pris des photographies, qui ont circulées sur les réseaux sociaux. Spécifions toutefois que la photographie issue du compte Instagram de Alsou Mingazina et prise le 15 avril, n’était pas soumise à un accord pour qu’elle soit utilisée dans la pétition.
Les conditions de vie de ces animaux sont cruelles, selon ces étudiants et bien que l’un des étudiants interrogé pense que les exigences de la pétition sont difficilement réalisables, il affirme en partager les idées.
Sur son site, la société Biruli déclare s’être spécialisée dans la production de visons, renards et zibelines, des animaux considérés par la société comme les plus rentables. L’année dernière, la peau de zibeline valait 135 $ par pièce, cette année elle en vaut 220. Les peaux sont vendues dans des ventes aux enchères à Saint-Pétersbourg.
Cette société est de plus en expansion car elle construit de nouveaux bâtiments pour l’exploitation de nouvelles zibelines. Selon l’entreprise, actuellement, la rentabilité est de 33 % pour les zibelines, les jeunes animaux survivent à 97 % selon elle, tandis qu’elle exploite 3 types de visons (de 3 couleurs différentes). La direction parle de bonnes conditions de vie, mais qui portent principalement sur la nourriture, qui consiste en pommes, poissons, viande de cheval et de bœuf, car, selon la société, la qualité et la santé de l’animal dépendent de ce qu’il mange.
Cette entreprise a été fondée en 1986-1987. Aujourd’hui, elle compte 1680 renards argentés. Elle a débuté l’exploitation des zibelines en 1949 et compte aujourd’hui 1650 femelles et 1530 mâles. L’élevage de visons commencé en 1948, en comprend désormais 1700.
Ce n’est pas la société la plus connue du Tatarstan. La dernière fois que les mass-médias on parlé d’un élevage d’animaux à fourrure, était en 2015, lors d’un enquête consistant à déterminer si l’entreprise respectait les lois face à ses salariés. La société incriminée a été sommée de payer 500 employés, auxquels elle devait leurs salaires d’avril-mai (la somme s’élevant à un montant de 11 500 000 roubles).
Le chiffre d’affaire de l’entreprise s’élève à 335,6 millions de roubles, tandis que ses bénéfices net représentent 48 millions de roubles.

Voici les propos de Julia Vrillaud, recueillis par Marianne Fontaine, co-responsable du collectif Société Anti-Fourrure :
« Les propriétaires de cette manufacture ont découvert  l'article et ce qu'ils écrivent est vraiment horrible. Ils disent que […] leur manufacture représente beaucoup d’argent et ne sera jamais fermée, que notre but est de discréditer la Russie. Et que nous, les Européens, sommes jaloux de cette manufacture hors concurrence ! Ils ne disent pas même une seule fois que ce sont des animaux vivants et sensibles ! Ne mentionnent que "notre marque", "de l’argent", "nos produits". Ils demandent également pourquoi nous avons décidé d'agir seulement maintenant, alors qu'ils existent déjà depuis 60 ans. Ils pensent donc que notre but est de les discréditer en tant que concurrent. Ils ne croient pas que les gens puissent aimer des animaux et cherchent à éviter des souffrances à des êtres sensibles, tandis que cette industrie est aussi très polluante et ne tue pas que les animaux de l’élevage, mais aussi ceux utilisés pour nourrir les bêtes encagées. Mais, en même temps, beaucoup de gens de Kazan ont signé contre cette manufacture. J’espère qu’après que le collectif Société Anti-Fourrure aura publié l’article à ce sujet, nous aurons de nouvelles signatures de la pétition, pour affirmer que nous sommes nombreux à refuser la fourrure animale. »

Julia Vrillaud


Le collectif Société Anti-Fourrure espère que chacun entendra l’appel de Julia Vrillaud et des animaux à fourrure exploités par cette industrie que nous savons violente, polluante et dangereuse pour la santé de ceux qui y travaillent et de ceux qui la portent. Si le public et les associations s'élèvent de plus en plus contre la fourrure animale, ce n'est pas pour discréditer des sociétés, mais bien parce que chacun.e est de plus en plus conscient.e.s que cette industrie comporte bien trop d'impacts négatifs pour être encore soutenable. Nous invitons celles et ceux qui ne l’auraient pas encore fait à signer la pétition et vous informerons de la suite de cette action : stop-fur-farms-in-russia-мир-обращается-к-вам-с-просьбой-закрыть-фабрику-смерти-животных-ради-шуб-зао-бирюли


L'élevage de visons d'Emagny condamné, le 6 mai 2016

    L'élevage de visons d'Emagny a été condamné le 6 mai 2016, après des années de mobilisation d'associations, mais surtout de l'association Combactive, qui luttait depuis plusieurs années contre cette exploitation en infraction.

« Au terme d’une heure de délibéré, le tribunal correctionnel de Besançon a condamné hier Eric Rauney, le propriétaire de l’élevage de visons d’Émagny à six mois de prison ferme. Une peine lourde qui s’inscrit dans une litanie de mises en garde, de recommandations de procédures et de condamnations commencées en 1998 déjà, quand il a monté son élevage de visons sans demander aucune autorisation. »
Catherine CHAILLET, L'Est républicain

Trois articles de presse relatant la victoire de l'Association Combactive :




    Parallèlement à cette bonne nouvelle, nous vous invitons donc à reprendre notre lettre type issue de la Campagne à l'adresse de nos députés pour soutenir la proposition de loi visant à restreindre les élevages en France. Vous pouvez compléter cette lettre-type par la conclusion de cette affaire-ci, pour envoyer à nouveau un mail ou une lettre à vos députés, qui ne répondent pas encore à nos lettres concernant la proposition de loi contre la fourrure animale en France. Pour cela, vous pouvez utiliser le visuel ci-dessus, pour envoyer par mail ou imprimer et coller sur vos enveloppes, afin que l'information soit immédiatement visible.
Rappel du lien vers l'article de la Campagne destinée aux députés français : http://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/04/campagne-pour-la-proposition-de-loi.html

Ensemble, nous faisons reculer la souffrance engendrée par le commerce de la fourrure animale,

Fourrure : abolition !




vendredi 6 mai 2016

Nouveaux tracts de 2016

Le collectif Société Anti-Fourrure vous propose de télécharger (clic droit) ses nouveaux tracts, qui comprennent désormais les impacts de la fourrure animale sur la santé, ainsi que le réseau social Twitter et notre nouveau logo du collectif, dont les formes ont été conservées mais rafraichies par une jeune étudiante en Design graphisme et médias imprimés, que nous remercions pour son aide précieuse.

Nous espérons récolter les fonds nécessaires, le samedi 28 mai 2016 au salon Bio, bien-être et vegan de Villetaneuse, et le 4 juin 2016 à la marche de Paris contre les abattoirs, pour commander ces nouveaux tracts pour juin 2016, en 1 000 exemplaires.

Vous pouvez aussi trouver ces tracts sur la colonne de droite du blog.


ou recto et verso séparés :



  
Libre à vous d'utiliser ces tracts pour sensibiliser le public,
souvent abusé par les mensonges des marques ou vendeurs.

Fourrure : abolition !




mardi 3 mai 2016

La mannequin égérie Sylvia Gobbel interpelle Zapa, soutenez son action !


     La mannequin Sylvia Gobbel, égérie depuis les années 1980, qui a de nombreuses fois posé pour Helmut Newton, invite chacun à cesser de cautionner les souffrances engendrées par l'exploitation des animaux à Fourrure dans le monde entier. Elle condamne cette industrie polluante, cruelle et dangereuse pour la santé et interpelle la marque numéro 1 de notre Campagne France Sans Fourrure, à nos côtés, pour affirmer le refus de nombreux individus, client.e.s, mannequins et créateurs/trices d'utiliser la fourrure animale. Elle rappelle notamment la décision de la marque Zara ou la récente résolution de Gorgio Armani qui refuse désormais d'utiliser de la fourrure animale alors que des alternatives existent.

Voici sa lettre envoyée à la marque Zapa :



Vous aussi agissez avec nous pour demander à Zapa de cesser de commercialiser de la fourrure animale et de respecter leur parole donnée en 2014.

AUJOURD'HUI SURTOUT, mais durant TOUTE LA SEMAINE également – SI VOUS N'AVEZ PAS PU LE FAIRE AUJOURD'HUI –, relayez son appel sur Facebook et Twitter, et contactez la marque Zapa, par mails, lettres ou téléphone, pour leur demander CORDIALEMENT de cesser de soutenir cette industrie violente, polluante et dangereuse pour la santé !

Voici des exemples de TWEETS à relayer (pensez à mettre le visuel) :

Je soutiens la mannequin @SylviaGobbel contre #Zapa avec @SocAntiFourrure. Je n’achèterai pas chez vous si vous continuez la vraie fourrure.

#StopFourrure Soutenons la mannequin @SylviaGobbel qui interpelle #Zapa avec le collectif @SocAntiFourrure.

La mannequin @SylviaGobbel  interpelle #Zapa @SocAntiFourrure Honte à l’industrie de la fourrure, violente, polluante dangereuse pour santé

Bravo au mannequin @SylviaGobbel qui interpelle #Zapa avec le collectif @SocAntiFourrure. Comme le dit Armani, les alternatives existent !


Voici des arguments à utiliser pour vos mails, lettres ou contacts téléphoniques :

- L’ancien directeur de Zapa, M. Cohen, s’était engagé à cesser de commercialiser de la fourrure animale, auprès du collectif Société Anti-Fourrure :
et

- De nombreuses marques cessent d’utiliser la fourrure animale, convaincus par les actions anti-fourrure : http://societe-anti-fourrure.blogspot.fr/2016/03/recapitulatif-des-victoires-du.html
D’autres marques décident d’elles-mêmes d’arrêter de cautionner ce commerce, comme récemment Giorgio Armani :

- Les consommateurs sont toujours de plus en plus nombreux à refuser cette industrie, tel que l’affirme les 400 lettres signées par le grand public et envoyées à Zapa jusqu’à ce jour, par le collectif Société Anti-Fourrure.

- Le commerce de la fourrure animale est par nature violent et est une exploitation immorale et obsolète. Lorsqu’elle vient de Chine, ce qui est majoritairement le cas, les animaux sont entassés dans de petites cages sales, sans soins, à peine nourris et abreuvés. Ils deviennent fous, s’automutilent, s’agressent, loin de leur espace naturel. Ils sont ensuite dépecés vivants vers l’âge de 8 mois. Ailleurs, ils sont gazés ou électrocutés par les voies buccale et annale. Voir l’enquête d’Animal Equality en Chine :

- La fourrure animale est dangereuse pour la santé humaine, à cause des produits chimiques utilisés pour nettoyer les élevages, contrer les parasites, et traiter les fourrures :

- La fourrure animale est de 6 à 20 fois plus polluante que la fourrure synthétique :

Merci à tous, votre action est cruciale face au mépris de la marque qui ne répond plus aux lettres du collectif, ni à celles des nombreux et nombreuses client.e.s qui nous signalent avoir envoyé des lettres.


Rendez-vous sur la Campagne France Sans Fourrure (sur Facebook ou sur le blogpour continuer les actions anti-fourrure.
Merci à tous pour votre action.

Fourrure : abolition !



lundi 2 mai 2016

Salon Bio, bien-être et vegan, Villetaneuse, 28 mai 2016

Le collectif Société Anti-Fourrure a le plaisir de participer au Salon bio, bien-être et vegan de Villetaneuse (93) et de vous y convier, le 28 mai 2016 (lien vers l'événement : https://www.facebook.com/events/485435228322668/)

Nous vous accueillerons pour vous informer sur la réalité de la fourrure, échanger avec vous, vous proposer nos tout nouveaux sacs "Je ne porte pas de fourrure", des autocollants et badges, des étiquettes à adresse postale (offre exceptionnelle pour le salon), et vous faire part de nos projets pour les mois à venir.



À bientôt !